dimanche 19 avril 2015

Indochine

Ces dernières semaines ont été un peu chargées... Rentrée de Bilbao le 22 mars, je suis repartie à New York deux semaines après. D'ailleurs, dimanche dernier, j'y étais encore. Mais il m'arrive parfois de passer un peu de temps chez moi. Si, si. D'ailleurs, la veille de mon départ pour New York, j'avais un rendez-vous immanquable à l'Apolo de Barcelone...

Rendez-vous immanquable et pourtant assez improbable. Il y a de ça quelque temps, je me suis remise à écouter Indochine. "Remise" parce que je marche beaucoup par périodes. Or, comme l'année dernière, j'ai vu deux fois Nine Inch Nails, deux fois Queens Of The Stone Age et Depeche Mode pour la première de ma vie, j'étais un peu trop occupée à me repasser en boucle la discographie de ces trois groupes -et il y a de quoi faire ! Et puis, au moment où j'ai constaté que ça allait faire huit ans que je vis à Barcelone, je me suis remise à écouter Indochine. Nostalgie de la France ?... Peut-être. Ou peut-être plutôt nostalgie des concerts grandioses que j'ai vus en 2014, et crainte que l'année 2015 ne me paraisse un peu fade de ce point de vue-là ! Je me remémore ainsi les concerts d'Indochine à Paris et je me dis que ça commence à remonter. Je me surprends à rêvasser et à me dire que ça serait quand même énorme qu'Indochine vienne un jour jouer à Barcelone. Je reviens à la réalité : rêve pas, ma fille... Surtout avec la politique culturelle de ce gouvernement, c'est même pas la peine d'y songer... Le lendemain, je vais pourtant jeter un coup d’œil au compte Twitter d'Indochine en me disant "Tiens, qu'est-ce qu'ils font de beau en ce moment ?..."

Euh, quoi ?... Première date : 4 avril, Barcelone... Non mais... QUOI ?!!! Visiblement, j'avais une connexion particulière avec l'univers à ce moment-là. J'aurais peut-être dû jouer au loto mais c'est con, j'y ai pas pensé. Après quelques péripéties me provoquant des sueurs froides (oubli de mon portefeuille le jour de la mise en vente des places, constatation que le concert de Barcelone était presque complet, supplications auprès d'une de mes collègues pour qu'elle m'avance avec sa carte,...), j'ai réussi à obtenir ma place. La veille de mon départ à New York, donc. Así de fácil. Non, sérieux, je regrette vachement de pas avoir joué au loto, en fait.

Et le 4 avril, direction ma salle préférée de Barcelone, l'Apolo, où j'ai été accueillie par un jovial "Bonjour, ça va ?" en français dans le texte, de la part du mec de la sécurité. Bon, ok, il devait y avoir que des Français dans la salle et visiblement, ça faisait marrer le mec. D'ailleurs, je dois reconnaître qu'il y avait plutôt une bonne ambiance à ce concert. Quelques jours avant, j'étais (encore !) à l'Apolo pour voir Royal Blood et c'était tout mou. Pas le groupe, hein ! Le groupe, génial. Mais le public... Ça n'a pas été le cas au concert d'Indochine ! Vraiment un super moment, avec un groupe en bonne forme et un public participatif. J'ai apprécié une set list assez démocratique, puisant dans pas mal d'albums différents. J'ai été particulièrement ravie d'entendre "Marilyn", "Alice & June", "Miss Paramount", "College Boy", ou encore "Dunkerque". Le rappel, avec "3 nuits par semaine", "L'aventurier" et "Europane" a achevé de mettre le public dans un état complètement euphorique.

Honnêtement, je ne sais même pas combien de temps le groupe est resté sur scène. J'ai eu l'impression que c'est passé très, très vite ! Ce qui est plutôt bon signe, en réalité. Pourtant, j'ai entendu des filles après coup dire quelque chose comme "Ils avaient l'air blasés". Ah bon ? Moi, j'ai pas trouvé. J'ai trouvé qu'ils étaient plutôt détendus et qu'ils avaient l'air contents d'être là. J'ai aussi trouvé Nicola Sirkis plus communicatif que dans mon souvenir, avec des moments assez drôles où il s'essayait à parler espagnol (vu qu'il y avait quand même des Espagnols dans la salle, ce qui m'a fait plaisir !). Et de façon générale, j'ai apprécié la communication entre le public et le chanteur, qui a tout de même une sacrée forme et une énergie très contagieuse !

Perso, je garderai de ce concert un excellent souvenir. Ça faisait un bon moment que je n'avais pas vécu un live me faisant passer aussi facilement de l'émotion à l'euphorie. Et ça fait du bien ! A por el resumen en fotos...




 Evidemment, je n'ai pas pu résister au plaisir de faire une petite vidéo ! :-)

1 commentaire:

Didier Morillon a dit…

Il a toujours la pêche le Nicolas !!!!