mercredi 2 mars 2016

Crete: a journey back in time

On arrive à l'étape finale du voyage : la Crète ! On savait pertinemment qu'avec aussi peu de jours sur place, il fallait faire des choix drastiques ! Quatre jours sur Milos ou Santorini, c'est amplement suffisant pour en faire le tour, mais les distances en Crète ne sont évidemment pas du tout les mêmes. 

Première décision : rester une nuit à Héraklion, la capitale. On n'avait pas forcément lu des choses incroyablement transcendantes sur la ville même, mais plutôt sur Knossos, qu'on avait très envie de voir. En réalité, Héraklion ne nous a pas du tout déplu, au contraire ! C'est sûr que c'est un relatif choc de se retrouver dans une vraie grande ville, avec la circulation qui va avec, après avoir goûté à la tranquillité d'une promenade en mer ou à la visite d'un site arquélogique quasiment désert. En réalité, j'ai eu un peu la même impression qu'à Athènes ! Oui, Héraklion est une grande ville, bruyante et un peu chaotique. Mais c'est aussi une ville incroyablement vivante. La forteresse vénitienne de Koules est l'emblème de la ville et offre l'occasion d'une jolie promenade. Le centre-ville historique, lui, est parsemé d'églises byzantines, de palais vénitiens, de fontaines turques, de restaurants, de cafés,... Non, ce n'est pas une ville extraordinairement belle mais elle offre finalement plus que ce qu'on pourrait croire de prime abord, pour peu qu'on prenne la peine de s'y attarder.

Knossos (ou peut-être plutôt Cnossos en français, je ne suis pas sûre) est à 5 km d'Héraklion, très facilement accessible en bus. C'est un des plus importants palais minoens et bien sûr, le côté fascinant, c'est qu'il est associé à la légende du roi Minos. Avec ses innombrables pièces entrelacées, le palais de Knossos pourrait être le fameux labyrinthe associé au mythe du Minotaure. Bon, je ne vais pas me lancer dans une relecture de la mythologie, mais je suis sûre que Wikipedia offre des articles très intéressants à ce sujet !

En réalité, il semblerait que personne ne s'accorde réellement sur la fonction première de Cnossos et les fouilles menées par l'archéologue Arthur Evans ont aussi donné lieu à un travail de restauration. Personne ne sait exactement à quoi ressemblait le palais et, tel qu'on le voit aujourd'hui, il y a en réalité beaucoup de reconstitutions et de reconstructions qui ne font pas l'unanimité. Un peu comme le débat sur la poursuite de la construction de la Sagrada Familia, finalement !

En tout cas, c'est un site archéologique fascinant, assez intrigant, extraordinaire par sa taille et la visible complexité de son architecture. Une visite indispensable si vous aimez les voyages dans le passé !


Cnossos



Héraklion



Deuxième décision : Réthymnon ! On a hésité à aller jusqu'à Hania, ça avait l'air très joli. Mais si mes souvenirs sont bons, c'était quand même à trois heures en bus d'Héraklion (d'où on devait reprendre l'avion, évidemment) et comme on disposait de peu de temps, on a préféré s'arrêter à mi-chemin et éviter de passer trop de temps dans les transports. Cela dit, le système de bus fonctionne très bien ! Ça a l'air de rien dit comme ça mais à Milos, c'était pas si évident que ça !

Alors Réthymnon, il s'est avéré que c'est probablement la ville de Crète la mieux conservée ! Le centre-ville historique date presque entièrement de l'époque vénitienne et il faut admettre que se balader dans les petites rues étroites et déboucher sur la forteresse ou sur le port vénitien a énormément de charme ! On y mange également trèèès bien ! C'était aussi le cas à Héraklion cela dit, mais on n'y a pas passé beaucoup de temps. A Réthymnon, on a demandé des recommandations et on en a suivi une qu'on n'a pas regrettée : on s'est retrouvé dans une espèce de mini cantine avec quatre tables, tenue par une grand-mère ne parlant pas un mot d'anglais, qui nous a simplement invités à la suivre dans sa cuisine pour nous montrer ce qu'elle avait dans ses marmites ! Bon, le serveur, lui, parlait très bien anglais donc on a pu avoir tous les compléments d'informations dont on avait besoin. Mais on était les seuls touristes. Là, pour le coup, ça ne parlait que grec autour de nous ! Vraiment, une expérience géniale... et on a super, super bien mangé, beaucoup trop et pour une bouchée de pain, en plus !

L'autre avantage de Réthymnon, c'est que la ville se trouve à l'endroit le plus "étroit" de l'île, ce qui rend l'accès au Sud plus rapide. Mais ça, ça sera l'objet du prochain -et dernier- post... :-)


Aucun commentaire: