jeudi 3 juillet 2014

Yodelice (Solidays)

Depuis que je vis à Barcelone, j'ai un peu de mal à suivre l'actualité culturelle et sociale française. La littérature, je suis de loin. Le ciné, je suis avec peine mais tout de même un peu, au moins les quelques films qui arrivent jusqu'aux cinés espagnols, un an après leur sortie... L'actualité télévisuelle, n'en parlons pas, c'est une catastrophe ! Pour tout vous avouer, j'ai découvert qui était Nabilla six mois après sa "révélation", c'est dire... Enfin, bon, pour le coup, je ne suis pas certaine que je perdais beaucoup, mais passons... Il n'y a qu'en matière de musique que je reste un peu moins à la traîne, et ce grâce à mes deux sources principales d'information : mon amie Emilie et les Solidays !

Il y a quelque temps déjà, Emilie rajoutait à l'une de nos playlists collaboratives une chanson pour laquelle j'ai eu un coup de cœur immédiat. Nom de l'artiste : Yodelice... "Qui c'est ?", me demandai-je alors avec curiosité. A ma grande surprise, je découvre que Yodelice est le nom de scène de Maxim Nucci, que ce dernier est Français et qu'il est en train de publier son troisième album. Ahem... Bon, bah, oui, ça fait huit ans que j'habite plus en France, voilà... Je me plonge donc avec délice (haha) dans la discographie du monsieur et j'achève de tomber sous le charme de ce folk-rock mi-onirique, mi-mélancolique. Je me renseigne un peu plus en détails et jubile en découvrant que "Yodelice" est un personnage imaginaire inspiré des univers de Tim Burton et de Jim Jarmusch. Alors, si en plus il a bon goût comme ça...

Quelque temps plus tard, que vois-je ? Yodelice joue aux Solidays, un festival que j'aime énormément pour son côté à la fois engagé, militant, solidaire et festif. On l'entend à chaque fois : "Solidays n'est pas un festival comme les autres". Mais c'est totalement vrai ! En ayant donc ceci à l'esprit, en découvrant la programmation et en me disant qu'il est assez peu probable que Yodelice vienne un jour jouer à Barcelone juste pour moi, mes derniers doutes s'estompent... et j'achète mon pass pour les Solidays !

Vendredi 27 juin, fraîchement atterrie de Barcelone et après avoir profité du folk tranquille et mélancolique de James Vincent McMorrow et du pop-rock à l'énergie survoltée de HollySiz, c'est avec grande impatience que je me dirige vers la scène Bagatelle pour ne pas manquer une miette du concert qui s'annonce d'ores et déjà comme LE concert de la journée. Enfin, pour moi... C'est très personnel, tout ça, évidemment !

Autant mettre les choses à plat tout de suite : je n'ai pas été déçue ! Dès que le concert a commencé, il s'est avéré évident pour moi que Yodelice est fait pour la scène. Le groupe a su rendre la set list assez démocratique, piochant dans les différents albums. Le concert a aussi été placé sous le signe d'une énergie assez rock qui m'a totalement enchantée. Maxim sait jouer de la guitare... Et s'il en était encore besoin, l'excellent chanteur et musicien (d'ailleurs entouré d'autres excellents musiciens) a prouvé qu'il assurait sur scène ! Mon amie Garance m'a fait remarquer qu'il avait un faux air, dans le style et dans la voix, de Dave Gahan, ressemblance hautement flatteuse si on commence à parler bêtes de scène !

Pour ma part, parmi les moments qui m'ont le plus marquée, je tiens à souligner la merveilleuse "Sunday With A Flu", introduite avec humour par le chanteur et reprise en chœur par le public ; "The Answer", excellente chanson du dernier album, ainsi que "Time" et ses paroles de fin assénées par le chanteur ("Die, die, don't die today") et qui restent en tête jusqu'à hanter ; la sublime "Wake Me Up", aux sonorités plus rock ; "Fade Away", également accompagnée à l’unisson par le public ; ou encore l'excellente "More Than Meets The Eye"... En résumé, un excellent concert, à la fois énergique et émouvant, porté par la voix douce et puissante de Maxim Nucci... et par la présence scénique assez magnétique de "Yodelice"... :-)



Aucun commentaire: